5 règles pour un voyage photo réussi

Depuis quelques temps, j’ai l’occasion de travailler avec Nomade Aventure, spécialiste des voyages atypiques.
Ainsi, j’ai pu échanger avec plusieurs interlocuteurs dont le métier est très lié à la photographie : organisateurs, guides, photographes spécialisés, … Des échanges très intéressants sur cette thématique alléchante. Voici un florilège des conseils qu’ils m’ont donné.

Voyager léger

Ca paraît très logique mais on a pourtant vite tendance à trop se charger. Sélectionnez bien votre matériel avant de partir, pour n’emporter que le strict minimum. Votre dos vous remerciera de lui économiser le port des kilos superflus.
Me concernant, j’ai tendance à n’emporter qu’un boîtier muni d’un seul objectif (soit polyvalent, soit à focale fixe, car très léger), voire un trépied en fonction des prises de vue que je pense pouvoir faire.
Cela étant, pour être vraiment léger, j’envisage de m’offrir un compact expert.
Et je ne voyage jamais sans un bon sac à dos, confortable et léger, mais qui offrira un minimum de protection (chocs, pluie) à mon appareil photo.
Dernier détail sur ce point : avoir testé son matériel au préalable est obligatoire 😉

Se préparer

portrait d'une femme en IndonésieEssayer de repérer les lieux que l’on s’apprête à visiter est essentiel pour bien sélectionner son matériel.
Avec les moyens qui s’offrent désormais à nous, rien de plus facile : Google Maps, Flickr et autres banques d’images … Idéal pour savoir si vous devez plutôt vous attendre à des paysages, de l’architecture, des portraits, de la photo de rue …
Profitez-en également pour vous renseigner sur les coutumes locales, et la relation des peuples avec la photographie : certaines personnes n’aiment pas être prises en photo sans un accord préalable.

S’entraîner

Rien de plus frustrant que d’être déçu par ses clichés malgré un cadre exceptionnel. Mais c’est en forgeant qu’on devient forgeron !
Si vous n’êtes, comme moi, qu’un photographe occasionnel, pensez à programmer quelques sorties photo avant le départ, histoire de dérouiller vos réflex(es).
Pour ma part, j’ai la chance de pouvoir m’exercer en région parisienne, et de profiter de possibilités très variées : monuments, panoramas, moments de vie … On trouve de tout à Paris !

Faites des sauvegardes

Pas toujours évident au milieu de la brousse, mais un peu plus facile au cœur de Manhattan : pour éviter les déconvenues, faites des copies de vos clichés.
Carte mémoire de secours, disque dur, clé USB, DropBox et autres solutions de stockage dans le nuage : de quoi faire des sauvegardes de vos sauvegardes.
Pensez également dans le cas d’un support physique à les mettre dans des endroits différents.

Ne jamais se séparer de son matériel

Malheureusement, les problèmes n’arrivent pas qu’aux autres : vols, oublis, casse, tout peut arriver pendant qu’on voyage. Et on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Que je sois à deux pas de chez moi ou à l’autre bout de la planète, je ne me sépare jamais de mon matériel si onéreux. Pensez notamment à ne pas laisser votre matériel en soute quand vous prenez l’avion.
Et puis, conserver votre appareil à portée de main vous permettra de pouvoir réagir plus facilement en cas de possibilité de cliché inattendue !

Panorama en Corse

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *