Apprendre de ses photos ratées

Lorsqu’on prend des photos et qu’elles sont ratées, on a tendance à les garder pour soi voire à les oublier, et c’est après tout bien naturel. Avec la visualisation quasi-instantanée des clichés permise par les appareils photos numériques, et malgré les espaces de stockages démesurés proposés par les cartes mémoires, certains vont même jusqu’à supprimer leurs photos ratées juste après les avoir prises.

Pourtant tirer parti de ces ratés permet de progresser.

Poubelle facile

Avec les appareils photos numériques, nous avons pris le réflexe de regarder nos clichés juste après les avoir pris. Certains enfants n’ont même jamais connu autre chose que les APN et sont tout étonnés quand ils croisent un appareil argentique. Sur un reflex, cette visualisation instantanée permet de savoir rapidement si l’on a sélectionné les bons réglages, et évite ainsi de gâcher des prises pour rien sur les pellicules.

Une image surexposée

Une photo qui aurait pu être réussie si elle n’était pas surexposée

Mais on est très facilement tenté de supprimer une photo ratée, certainement en souvenir des premiers APN sur lesquels la mémoire (interne ou externe) était bien plus limitée qu’aujourd’hui, et où quelques méga-octets gagnés en supprimant un cliché flou ou surexposé s’avéraient bien utiles.

Quand on dépasse allègrement la dizaine de giga-octets sur une carte SD, ce besoin de capacité de stockage n’est plus une excuse. Faut-il parler de honte, ou de bêtise, quand on supprime trop hâtivement des clichés ratés ?

Ratera, ratera pas

J’entrevois plusieurs raisons pour lesquelles il est intéressant de conserver toutes les photos que l’on a l’occasion de prendre au cours d’une sortie.

Portrait d'une patate

Raté traditionnel : le flou de bougé

Tout d’abord, pour pouvoir prendre le temps tranquillement de regarder ses clichés et d’analyser les raisons qui font que l’un d’entre eux est raté (ou réussi). Ca ne remplace pas le contrôle dans le feu de l’action ni les automatismes que l’on peut acquérir avec l’expérience, mais c’est important, notamment pour comprendre certains aspects qui dépassent les « simples » flous de bougé ou surexpositions.

Ensuite parce que l’écran d’un APN peut être trompeur, et qu’il vaut mieux pouvoir juger de la réussite d’une photo sur un écran digne de ce nom. Et quand bien même une photo serait ratée, une portion sera peut être exploitable quand même. Avec la puissance des capteurs d’aujourd’hui, il serait étonnant de ne pas pouvoir recadrer une image.
En parlant de traitement d’image, la plupart des logiciels que nous utilisons actuellement sont capables de jouer avec la luminosité, le contraste, etc. Pourquoi ne pas essayer de « rattraper » une photo ratée ?

Bref, ne soyez pas trop prompts à supprimer une photo, ne serait-ce que pour éviter, en cas de mauvaise manipulation, d’effacer toutes les photos que vous venez de prendre !

2 réflexions au sujet de « Apprendre de ses photos ratées »

  1. Alors là, je suis on ne peut plus d’accords.. C’est une excellente manière de comprendre plein de trucs.au niveau de l’exposition, de l’ouverture, ou même de la composition (il n’est pas inné de savoir bien composer une photo.. y a des « règles » de bases qu’il faut connaitre, avant d’éventuellement s’en affranchir.

  2. J’aime beaucoup cet article, ça me fait penser que je devrais jeter un oeil à toutes les photos ratées qui dorment au fond de mon ordi. Tu résume et racontent vraiment bien les débuts et difficultés que peut rencontrer quelqu’un qui se lance en photo c’est super Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *